Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / L'Été du cinéma Français/ L’ORDRE DES MÉDECINS
  • Mercredi 28 Août à 20h30
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€

L’ORDRE DES MÉDECINS

DAVID ROUX – 1H33, 2019

AVEC JÉRÉMIE RENIER, MARTHE KELLER, ZITA HANROT

Simon, 37 ans, est un médecin aguerri. L’hôpital, c’est sa vie. Il côtoie la maladie et la mort tous les jours dans son service de pneumologie et a appris à s’en protéger. Mais quand sa mère est hospitalisée dans une unité voisine, la frontière entre l’intime et le professionnel se brouille. L’univers de Simon, ses certitudes et ses convictions vacillent...

David Roux a choisi pour son premier long métrage un sujet qu’il connaît bien, non comme docteur mais parce qu’il vient d’une famille de médecins, entre des parents chefs de service et un frère pneumologue. Cet Ordre des médecins est un peu le leur puisqu’inspiré de ce que la famille a vécu lors de la mort de la mère du réalisateur. Il y explore la frontière plus ténue que jamais entre le professionnel et l’intime pour un praticien dès lors qu’un proche vit ses dernières heures. Comment garder la distance indispensable pour annoncer des nouvelles tragiques à ses patients ? Comment répondre aux attentes de sa famille qui voit en vous l’homme par qui le miracle est possible ? Cette dualité professionnel / intime constitue le cœur de cette première réalisation où David Roux a conscience que toute histoire vécue, aussi bouleversante soit-elle, ne suffit pas à faire un film ; que raconter l’histoire de ce pneumologue voyant ses certitudes voler en éclat par l’arrivée de sa mère quasi condamnée dans un service voisin ne va pas forcément toucher les autres. Son talent consiste à ne jamais prendre le spectateur en otage de ses propres émotions avec une dignité que l’on retrouve dans l’interprétation de ceux qu’il a réunis devant sa caméra, du premier rôle (Jérémie Renier) aux seconds (Zita Hanrot, Maud Wyler, Marthe Keller...). Leur puissance tranquille symbolise la maîtrise du cinéaste dans cette première œuvre éloignée de tout chantage affectif.
Thierry Chèze, Première