Les deux scènes

Les deux scènes
  • Mardi 3 Septembre à 20h30
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€

L’AMOUR FLOU

ROMANE BOHRINGER, PHILIPPE REBBOT – 1H37, 2018

AVEC ROMANE BOHRINGER, PHILIPPE REBBOT

Romane et Philippe se séparent. Après 10 ans de vie commune, deux enfants et un chien, ils ne s’aiment plus. Enfin… ils ne sont plus amoureux. Mais ils s’aiment quand même. Beaucoup. Trop pour se séparer vraiment ? C’est flou. Alors, sous le regard circonspect de leur entourage, ils accouchent ensemble d’un «sépartement» : deux appartements séparés, communiquant par la chambre de leurs enfants ! Peut-on se séparer ensemble ? Peut-on refaire sa vie, sans la défaire ?

Une histoire de fous, mais aussi une histoire floue. Rarement film aura autant imbriqué histoire vraie et fiction que L’Amour flou, tant Romane Bohringer et Philippe Rebbot ont tenu à raconter leur séparation iconoclaste sur un ton décalé. Tous deux portent leur nom véritable dans le film et c’est toute la famille Bohringer-Rebbot qui y passe, les enfants, les parents, le chien… En soi, c’est troublant. Exhibitionnisme ? Pas du tout. Si l’autobiographie entre souvent dans le champ des possibles au cinéma, elle est rarement aussi intime que dans L’Amour flou. Mais ce n’est pas tant cette intimité qui fait la valeur du film. C’est sa transposition dans une fiction totalement assumée. Un décalage infime et subtil produit une comédie d’une drôlerie constante, avec un comique de situation et des dialogues qui font mouche à chaque réplique. Ou presque. Avec toujours cet amour qui porte le film. Nous ne sommes plus dans le « Je t’aime, moi non plus », ou le « Ni avec toi, ni sans toi », dramatiques, mais dans un « Je t’aime, malgré tout ». Réussir à faire rire sur une séparation relève d’une gageure. Alors, l’on dira, quid des enfants qui se trouvent dans ce « sas », leur chambre étant entre les deux appartements séparés ? Victimes collatérales, égoïsme des parents ? Mais non, c’est tout autour d’eux que cette vie nouvelle se construit. Par tous les bouts, L’Amour flou est une preuve d’amour. 
Jacky Bornet, France info